Nouakchott,  05/04/2021

Les travaux de la deuxième édition du forum estudiantin pour le renforcement de la culture du dialogue et de paix sociale ont démarré lundi, à Nouakchott. La rencontre est organisée par l’Université internationale libanaise, en collaboration avec l’Université de Nouakchott El Asriya et le Service national des œuvres universitaires avec le soutien de l’ambassade américaine.

Le colloque vise à animer la scène universitaire au moyen d’activités culturelles et intellectuelles portant sur des sujets nationaux d’envergure, tels que l’unité nationale, les droits de l’homme, la diversité culturelle, la diffusion de la culture de la paix et du dialogue social, la citoyenneté, ainsi que la lutte contre l’extrémisme, l’ultra-radicalisme et la haine. Le forum sera émaillé, six jours durant, par des interventions d’un groupe de professeurs et de chercheurs dans divers domaines et disciplines.

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de la communication, porte-parole officiel du gouvernement, M. Sidi Ould Salem, supervisant la cérémonie d’ouverture de l’atelier, a souligné l’importance de tels forums qui contribueront à construire la personnalité de l’étudiant qui deviendra professeur, ingénieur, médecin ou ministre. Le fonction et le rôle futurs de l’étudiant exigent qu’ils soient, grâce aux échanges culturels et scientifiques, formés sur des valeurs d’ouverture, d’empathie, de tolérance et de civisme.

Il a affirmé que les étudiants sont le pilier de la nation et de son avenir, ainsi que la pierre angulaire sur laquelle l’État et la société se construiront. De ce fait, ils doivent contribuer à l’œuvre d’édification de la nation.

Il a précisé que les pères et les ancêtres ne connaissaient pas l’État avant l’indépendance, mais ils s’y étaient adaptés pourtant et avaient consenti tous les sacrifices afin de bâtir un État moderne où règnent la justice et l’égalité.

Par conséquent, leurs enfants devront poursuivre la voie en faisant passer l’intérêt national avant toutes les considérations politiques et sociales et les concepts étroits en adhérant à l’esprit patriotique et à la notion de citoyenneté qui impose la solidarité nationale et la coexistence pacifique, car l’avenir du pays est entre les mains de son peuple sans exclusive aucune.

Il a remercié l’Université libanaise et ses partenaires pour l’organisation du forum, qui est un effort national et scientifique.

Le coordinateur général du forum, M. Chamekh Ould Mbareck, président de la section de l’Université internationale libanaise en Mauritanie, avait précédemment prononcé un discours au nom des institutions organisatrices.

Il a souligné les objectifs généraux de cette deuxième édition du forum, notant que le rôle des établissements d’enseignement supérieur ne doit pas se limiter à l’enseignement abstrait mais aussi à la transmission des valeurs.

Il a souligné la nécessité de former l’individu d dans le respect de l’éthique et des valeurs de coexistence pacifique dans la société sur la base du dialogue et des échanges.

M. Chamekh Ould Mbareck a indiqué que le forum traitera de nombreuses questions et inclura des sessions au sein de certains établissements d’enseignement supérieur afin de créer un espace d’échanges intellectuels pour inculquer les valeurs de respect, d’harmonie et de solidarité parmi les étudiants et les participants.

Ce qui constitue un exemple pour le reste de la jeunesse mauritanienne à travers des présentations, des débats, des concours de poésie sur diverses questions nationales.

Il a remercié le Centre national des œuvres universitaires, l’Université de Nouakchott El Asriya et l’ambassade américaine pour leur précieux concours à l’organisation de ce forum.

L’ouverture s’est déroulée en présence de directeurs d’établissements d’enseignement supérieur du pays et de diplomates.